Dans quel état sont les récifs coralliens ?

Fin 2021 l’Initiative internationale pour les récifs coralliens (l’ICRI) publiait un rapport sur l’état des récifs coralliens et l’évolution de leur état de conservation ces 40 dernières années à l’échelle mondiale. Plusieurs millions d’observations au travers des différentes biorégions coralliennes ont notamment mis en évidence un déclin important de la surface couverte par les récifs, cette régression s’étant accentuée entre 2011 et 2019 et se poursuivant aujourd’hui.

Les récifs coralliens sous haute surveillance

Le rôle écologique et économique primordial joué par les récifs coralliens dans les régions tropicales et subtropicales n’est plus à démontrer. Leur bon état de de conservation est un enjeu majeur dans de nombreux pays. Ils permettent notamment à la population locale de se nourrir en pêchant. Ils sont également source de revenus conséquents grâce aux activités touristiques liées à la biodiversité (comme la plongée sous-marine). Au-delà des aspects socio-économiques, les récifs coralliens abritent 25 % de la biodiversité marine connue. En formant de véritables barrières verticales ils protègent également le littoral en absorbant l’énergie des vagues.

Depuis plus de 40 ans, les récifs coralliens sont au cœur de toutes les attentions des entités nationales et internationales de protection et de conservation de l’environnement. Un réseau de surveillance a donc été mis en place dès la fin des années 1970 dans plusieurs pays et s’est fortement densifié au fil des décennies.

Ce réseau de surveillance compte désormais plus de 12 000 sites répartis dans 73 pays comportant des récifs coralliens sur leur territoire. A noté que la France dispose du second territoire maritime du monde dont une grande partie dans des zones coralliennes. Cet intense effort de recherche et de suivi scientifique a ainsi produit en 40 ans plus de 2 millions d’observations.

Un récif corallien du golfe de Californie présentant un couvert de presque 100 %. Photo : Arnaud Abadie.

Un travail d’analyse fondamental

L’ensemble de ces données est analysé par l’Initiative internationale pour les récifs coralliens (l’ICRI en anglais). Cette instance produit régulièrement un rapport sur l’état des récifs coralliens dans le monde. Son but est de fournir les connaissances nécessaires à la mise en place de mesures de conservation permettant une protection efficaces des coraux à l’échelle locale et internationale.

Face à l’accélération du changement climatique et à la forte sensibilité des récifs coralliens à l’augmentation de la température de l’eau, le travail de l’ICRI est d’une importance capitale pour identifier les zones les plus impactées et tenter de trouver des solutions pour préserver les colonies encore dans un bon état écologique. Le résultat de cette analyse a été publié à la fin de l’année 2021 et le constat est sans appel.

Le déclin et ses causes

Le rapport de l’ICRI met en évidence un déclin global de la couverture des récifs coralliens. Le principal responsable de la disparition de ces derniers est le phénomène de blanchissement du corail en lien avec la haute température de l’eau de mer. Rien que l’événement extrême de blanchissement de 1998 a entraîné la mort de 8 % des coraux dans le monde. Entre 2009 et 2018 c’est 14 % du couvert corallien qui a disparu.

La régression du couvert n’est pas le seul signal inquiétant. Un couvert algal supérieur de 20 % a été observé en 2019 par rapport à 2010. L’augmentation du couvert algal sur les récifs coralliens est notamment considéré comme un indicateur de stress.

Le déclin du couvert corallien a pour origine l’augmentation de la température de surface des océans, ce dernier étant dû au changement climatique global. Cette étude met en lumière que ce n’est pas seulement l’augmentation de la température sur le long terme qui est responsable de la réduction du couvert des récifs, mais également les événements courts et intenses de réchauffement de l’eau (événements extrêmes).

La couverture des coraux durs dans le monde et les anomalies de température de surface de l’océan. Traduit d’après le rapport de l’ICRI.

Un avenir sombre et une faible lueur d’espoir

Le réchauffement des eaux de surface est un phénomène global. Aucune région du monde comprenant des récifs coralliens n’est donc épargnée par le déclin du couvert des récifs coralliens. Les prévisions d’une augmentation de la température de l’océan dans les décennies à venir indique qu’un déclin accru sera certainement observé dans le futur.

Dans ce constat préoccupant pour la survie à long terme des récifs coralliens, un élément concourt à la conservation de ces derniers. L’augmentation du couvert corallien entre 2002 et 2009 et en 2019 indique que les récifs sont résilients et pourraient récupérer de leur déclin. Cela ne sera cependant possible que si les conditions le permettent. C’est à dire que la température de l’océan n’augmente pas et que nos activités n’impactent pas directement la survie des récifs.


Référence : GCRMN, ICRI 2021 The Sixth Status of Corals of the World: 2020 Report: https://gcrmn.net/2020-report/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.